Respect de l'autonomie du patient. Partie 3

Dans les deux articles précédents de cette série examiner le cas du MMF refusant d'accepter un traitement qui pourrait être présenté, si nécessaire. Nous avons vu la participation d'un juge dans l'affaire et les arguments juridiques. Envisager la conclusion tirée par le juge et à laquelle nous arrivons.

Conclusion du juge
«En définitive, compte tenu de ce qui précède, sont à certains qui l'a faite sienne, de discussion avec la volonté concernés, libre, exprès et spontanément émises afin de refuser la transfusion de sang sur sa personne, en aucun cas le personnel de santé exonérés responsabilité de la décision, prise après les informations pertinentes menées par l'équipe médicale sur l'impact que le maintien d'une telle résolution pourrait laisser entendre, cette personne étant un adulte et ne pas apprécier toute limitation physique ou mentale mai vicier la volonté de cette doit être conclu par le respect de la volonté, ne donnant pas l'autorisation requise pour effectuer une transfusion de sang, même si elle est nécessaire. Et tout cela sans préjudice, bien entendu, l'obligation des médecins et autres personnels de santé à prendre les autres mesures nécessaires pour assurer la santé du patient. "

Partie
"DECIDE: que, tout en respectant le libre choix fait par le patient, devrait être adoptée par le personnel de santé toutes les mesures en son pouvoir pour préserver la vie de la même façon, sauf la réalisation d'une transfusion, ce qui a été expressément et valablement en face de la SP. M.M.F.

Notifíquese la présente résolution à l'hôpital concerné et de la Vierge de la Santé et le ministère public en indiquant qu'elle s'inscrit contre l'introduction du recours dans les cinq jours de sa notification.

Cela a été accepté et signé D. FOZ, juge du Tribunal de première instance et d'instruction numéro un de Torrelavega et son parti, je certifie ".

Conclusions
Cela a seulement un nom: "tu as faites pour le retour de flamme. Autrement dit, cherche à imposer par la force un traitement contre la volonté du patient et maintenant que le juge constate que non seulement ne nécessitent pas d'autorisation, mais l'équipe médicale qui MMF être fourni avec toutes les mesures à sa disposition autres que la transfusion. Aller reproche!

Méditez sur tout le passé. Mais comment cela est que vous souhaitez utiliser l'autorité d'un juge d'imposer un critère qui exclut une personne d'âge légal! Quelle arrogance et l'orgueil!

En outre, l'humilité de ce que ce juge! Celui qui a le pouvoir dit qui est-il d'avoir à décider pour les autres? Si l'équipe médicale avait eu un soupçon de l'humilité de ce tribunal ne serait pas arrivé cette eau froide sur lui.

Je sais que certaines personnes pensent que peut-être la position du MMF était un peu intransigeants, que la vie était en jeu, le seul médecin voulait aider, l'équipe médicale ne voulait le meilleur pour elle. Mais ce qui était le mieux pour elle? Pour vivre sentir offensé? Combien de fois avons-nous entendu: «Je préfère mourir debout que de vivre à genoux"? Combien de millions de soldats ont donné leur vie pour parvenir à la liberté des peuples d'Europe pendant la Seconde Guerre mondiale? Comment peuvent-ils tenir compte de ces soldats? «Heroes or Villains? N'est-il pas vrai que de nombreux chefs d'Etat et les autorités ont rendu leur hommage en donnant leur vie pour la liberté? Saviez M.M.F. devrait être traité comme un scélérat pour avoir exercé leur droit de choisir le traitement qu'il juge la plus appropriée pour elle?

Oubliez les préjugés. Nous ne parlons pas des Témoins de Jéhovah, dont il existe mondialement connu pour ses profondes convictions morales et religieuses. Nous parlons des droits des patients de choisir le type de traitement qui convient le mieux. Peu importe ce que le traitement est rejeté: une transfusion de sang ou de chimiothérapie ou de séances de radiothérapie, de vaccins, antibiotiques, etc. Nous parlons de liberté.

Récemment un de mes amis a été diagnostiqué avec le cancer du sein allé à son oncologue et lui dit qu'il ne voulait pas poursuivre leur chimiothérapie. Réaction de la juge. Il lui a donné décharge. Du jamais vu!

Il lui a dit ne pas vouloir continuer votre traitement, n'avait rien à faire. Il a refusé d'effectuer des tests pour évaluer votre état. Comme le juge, doit dissiper le climat "de l'infaillibilité» qu'ils ont été monté à la tête, et jamais mieux, et être un peu plus humble.

Autrement dit, les médecins font payer ces messieurs leurs salaires à travers les impôts que nous payons les patients, et maintenant nous allons à la sécurité sociale et nous voulons satisfaire, sauf si cela est dans leur propre chemin. Ils s'imaginent que vous embauchez un maçon de les faire travailler à la maison, vous êtes payé à l'avance et maintenant, il refuse de faire le travail parce que vous voulez qu'il soit d'une certaine manière. Je comprends que la médecine privée serait logique que le médecin de mettre ses conditions, parce que c'est sa clinique, mais dans la médecine publique c'est que nous les payer leurs salaires. Mais ce regard est tout le contraire. Go et de la médecine privée et les recevoir à bras ouverts, traités comme vous voudrez, nous ne voulons pas de sang, car, sans sang, ils ne veulent pas de chimiothérapie, car, sans chimiothérapie, comme vous allez le payer. Mais dans la médecine publique ...

Aujourd'hui même, dans la presse est un article d'un couple de 13 ans à laquelle elle a été respecté leur droit de choisir son traitement, allant contre ce que le médecin de l'équipe recommandée.

Selon le journal El Mundo: "Quand ils ont refusé, la direction de l'hôpital qui répond aux Herefordshire-Primary Care Trust Hereford (Royaume-Uni) - ont décidé d'abord à aller au tribunal pour retirer la garde temporaire de ses parents et ' oblige »l'adolescent à subir une intervention chirurgicale, mais après plusieurs procédures judiciaires et le rapport d'un fonctionnaire dans le bureau du médiateur pour les enfants, le centre a décidé de retirer la demande."

Autrement dit, si un homme mûr et responsable des jeunes est respecté pour ses convictions "aurait dû être traitée avec MMF, un adulte comme il essayé?

Enfin, vous demandez mai, mais comment cela s'est terminé par MMF? Car en effet, elle a été opéré sans transfusion sanguine, et a été un succès. Nous croyons qu'il est sans les transfusions sanguines, car bien sûr il y avait le juge à ne le voir, et le patient est inconscient de l'anesthésie. Ceci est un autre sujet pour discuter de ce que de nombreux médecins ne nous fera à notre insu et sans notre consentement?

Comme le vieil adage: «Dieu Cuidem médecins qui prennent soin de ma santé, je!". Je ne voudrais pas être si brutal, mais je voudrais dire: "Dieu Cuidem certains médecins, ma santé que je vais encore me worry!"

Sujets connexes:

Le choix du traitement médical: le droit de chaque patient. Partie 1

Si un juge de décider quel traitement médical doit-on suivre? Partie 2
* Traduction Automatique